Défi de novembre, un échec cuisant

défi de novembre , prof-alternatif

Mon défi de novembre?

Oh làlà, la honte. 

Nah. Ce n’est pas un défi réussi. Vraiment pas. J’ai écrit, oui, mais très loin des 50 000 mots, et même des 30 000 mots, même des 10 000 mots…

À peine 2000 mots… très peu édités. C’est très décevant, je sais, et je dois dire que j’ai plutôt honte de ce si piètre résultat.

Je n’ai pas été en mesure de me mettre à la tâche lorsque c’était le temps. Blocage de l’écrivain, procrastination, “manque de temps”, tout a été une bonne excuse pour remettre cette tâche à plus tard, lorsque je serai plus inspirée. (HA! Note à moi-même, relire mon article sur la façon de guérir sa procrastination. Je crois que j’ai oublié quelques concepts clés)

Pourquoi ai-je échoué 1 défi et demi sur trois?

Par peur d’échouer?
Que c’est ironique!
L’inaction est bien pire que l’échec. 

Parce que je ne suis pas planifiée, voilà aussi le grand pourquoi. Parce que je ne bloque pas une plage horaire à la réalisation de ce défi. (Comme je ne bloque pas toujours une plage horaire pour l’élaboration de ces articles…)

De plus, je vis clairement un blocage face aux nouveaux apprentissages en ce moment et c’est pourquoi j’ai recommencé la lecture du livre apprendre mieux pour les nuls de Marie Joseph Chalvin .  Je dois dire que ce défi d’un an me pousse vraiment à me dépasser et à réfléchir sur mes mécanismes d’apprentissage… mais aussi d’évitement de la tâche. Je suis justement rendue à ce chapitre.

En ce qui concerne le NaNoWriMo, je me reprendrai l’an prochain et je serai davantage préparée ! :o)

Pourquoi je fais ce défi de 12 mois.

Pour repartir sur le bon pied pour le mois de décembre, je dois me rappeler pourquoi j’ai choisi ce défi.

Premièrement, je l’ai choisi parce que je voulais me dépasser personnellement.

Deuxièmement, parce que je voulais me mettre à la place d’un élève durant un an et me questionner sur les processus d’apprentissage.

Troisièmement, je voulais me donner un rythme de travail et d’apprentissage.

La vidéo qui a inspiré mon défi

Essayer quelque chose de nouveau pendant 30 jours. Matt Cutts

(Malheureusement, les sous-titres sont seulement disponibles en anglais)

Dans ce Tedtalk, Matt Cutts nous parle des avantages qu’il a retirés à se donner de petits et de grands défis de 30 jours.

Parmi les plus mémorables qu’il a accomplis, Matt a écrit un roman durant le NaNoWriMo (vous voyez le lien 😉 hihihi), monté le Kilimandjaro et commencé à aller au travail en vélo pour le plaisir.

Le résultat, une augmentation de la confiance en ses propres capacités et la volonté de vouloir en faire toujours plus au fil des mois.

C’est cet état d’esprit que je recherche et souhaite atteindre au courant de cette année.

Ce dont je dois me souvenir

En revisitant mon agenda de la dernière année, un petit rituel que j’aime bien faire avant d’en commencer un nouveau, je suis tombée sur une citation dont j’avais oublié l’existence.

Le gouffre entre le savoir et l’action est beaucoup plus important qu’entre l’ignorance et le savoir.

– Chris Guillebeau

Puisque le passage à l’action semble être ma bête noire, cette citation me parle presque sur un plan spirituel.
Ah…Le fameux passage à l’action.

Mon défi du mois de décembre? Apprendre l’harmonica et des chansons du temps des fêtes. Pour réussir, je suis obligée de passer à l’action.
Et, oui, j’y travaille.

Et vous, avez-vous de la difficulté à passer à l’action? Quels sont vos astuces? :o)

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 1
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 1
  •  
  •  
  •  
  • 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *