Qu’est-ce qu’un prof alternatif et comment le devenir?

Tout d’abord, La Définition d’un prof alternatif

C’est quoi, un prof?
Techniquement, selon la définition du dictionnaire de français LAROUSSE, c’est le terme familier pour professeur.
D’accord, qu’est-ce que c’est, un(e) professeur(e)?
LAROUSSE me propose 4 définitions dont 2 que j’aime bien:

  • Personne qui enseigne, qui dispense les connaissances relatives à une matière, à une discipline, en général dans le cadre d’une activité.
  • Personne qui enseigne une manière d’être, d’agir à quelqu’un, qui guide sa conduite dans une activité quelconque.

Que veut dire alternatif?
Selon LAROUSSE, beaucoup de choses! Disons que je retiens

  • Qui présente ou propose une alternative, un choix entre deux solutions : Un modèle alternatif de croissance économique.

Ou bien si on regarde dans l’onglet Expressions:

  • Mouvement alternatif, ensemble de communautés qui entendent montrer que sont possibles des genres de vie et des modes de production différents de ceux qu’imposent les sociétés industrielles contemporaines.

Ou bien encore sous l’onglet difficultés:

  • Qui constitue une solution de remplacement, de rechange par rapport à des conceptions traditionnelles : les médecines alternatives, l’école alternative, les mouvements politiques alternatifs.
    remarque
    Cet emploi est critiqué malgré sa fréquence.  (Muhuhuhuhahaha!)

En résumé, un prof alternatif serait une personne qui enseigne une matière, un savoir faire, une manière d’être, en proposant des solutions de remplacement vis-à-vis les conceptions traditionnelles.

Comment devenir un prof alternatif, concrètement?

Comment devenir un prof alternatif?

 

Je ne sais pas.Je ne sais pas

Exactement.
Cependant, je m’engage à le découvrir avec vous!

Pour moi, les profs alternatifs sont ceux qui apprennent encore, ceux inspirent, ceux qui se distinguent de la masse, ceux qui font plus pour leurs élèves. Ce sont tous ces enseignants qui no

us marquent positivement, vous savez, ceux dont on se rappelle à l’âge adulte. C’est ceux qui nous font réfléchir, agir, parfois même fait changer de cap. C’est ceux qui nous ont préparé au monde de demain sans le savoir.

Oui ça, essayons d’être ça, voulez-vous?

  1.  Et pour cela, je pense que la première étape sera d’en apprendre plus sur l’apprentissage.
  2. Ensuite… il serait intéressant de se demander qu’est-ce que devrait être l’éducation du 21e siècle.
  3. Puis… Trouver des façons d’appliquer ces concepts dans la réalité des classes d’aujourd’hui.

Ultra facile (HA!)

Et vous, oui vous qui avez lu ces lignes, quelle est votre définition d’un prof alternatif?
Je suis curieuse!

Laissez-moi savoir dans les commentaires!

  •  
    10
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  • 5

Mon défi : Un nouvel apprentissage tous les mois

apprentissage

Mon défi de 12 mois

Puisque dans mon cerveau, un prof alternatif se remet sans cesse en question et qu’il se met lui même en processus d’apprentissage…. allons-y gaiement.

Soyons franc, aujourd’hui, il faut continuer d’apprendre toute notre vie, et ce, peu importe notre métier! L’arrivée des nouvelles technologies changent le monde d’une manière fulgurante et pour ne pas pas se sentir dépasser, il faut se mettre à jour nous aussi.
Nous bien loin de l’époque où on apprenait notre métier par nos parents ou bien à l’école dans un cours pour ensuite se dire “Voilà! C’est fait! Je sais!”
Dans le monde de l’éducation, on parle de formation continue.

Puisque ma mission est l’éducation et que ma profession me demande d’enseigner et de comprendre les processus cognitifs pour arriver à un apprentissage, je propose de faire de moi un cobaye d’apprentissage durant 12 mois.
Durant 12 mois, j’apprendrai à apprendre mieux… en me consacrant à quelque chose de nouveau chaque mois de la façon la plus efficace possible.
Je souhaite comprendre mieux ces processus d’apprentissage.

Donc, ma mission est de débuter quelque chose de nouveau pendant 30 jours, durant un an, et en faire régulièrement des rapports détaillés. Bref, sortir de ma zone de confort chaque mois, le bonheur!

Pourquoi est-ce un défi?

J’ai tendance à changer rapidement de passion. Je fais partie de ceux qui commencent tous plein de projets sans vraiment les terminer. Par contre, j’ai tendance à améliorer mon score lorsqu’il y a une compétition, une note en jeu, un gros montant d’argent investi… ou une pression sociale.

Voilà pourquoi je me suis inscrite à la formation Blogeur Pro de l’entrepreneur Olivier Roland, que j’ai découvert sur Youtube il y a quelque années. Parce que je savais ciboulette que la somme investie serait une assez grande motivation pour mettre sur pied mon idée de blog de prof. Et en parler autour de moi  un coup de pied au derrière suffisamment efficace pour réussir le défi qu’est d’écrire 1 article par semaine au grand minimum!

Cette mission d’apprentissage que je vous partage sera donc, en plus d’être une occasion de raisonner sur les techniques d’apprentissage, un excellent moment de m’investir dans tous ces autres projets que je laisse poireauter. Vous savez, toutes les idées à qui on dit:  “un jour, quand j’aurai du temps!”

Pourquoi je peux réussir ce défi?

Parce que je peux être persévérente, tenace et entêtée.

Un des meilleurs exemple que je peux vous donner est que j’ai appris à danser en 2015, à l’âge vénérable de 27 ans.
Et je suis partie de loin… ah ciboulette de si loin!
Pardon encore à tous les pieds froissés, les mains moites trop serrées, la confusion et la raideur de mon corps face à un nouveau guide. Mais j’y suis arrivé, maintenant je sais danser!
Scoop de mon apprentissage défi d’octobre? Devenir prof de zouk brésilien! (Dans quoi m’ai-je embarqué…)

Ma Kryptonite 

La procrastination.
Je suis une procrastinatrice persistante. Disons qu’au cours de ma carrière d’étudiante, j’ai remis plusieurs travaux à la dernière minute, et je veux dire de très gros travaux à la très grosse minute.

Un exemple douloureux? Ne pas dormir durant 4 jours (seulement quelques siestes) pour terminer tous mes travaux  et commencer à avoir des hallucinations auditives vers la fin de ce dangereux marathon de fin de session. Aller même jusqu’à terminer un dernier travail sensé être de longue haleine (un scrapbook de projets d’arts)  dans l’auto (oui, oui, avec la colle et tout) lors de l’heure de route à faire pour se rendre à l’Université pour la dernière journée de remise. Mon copain de l’époque, qui a vécu avec moi ce délire de non sommeil et qui m’a conduit pour l’aller et le retour de l’Université (pour des raisons sécuritaires), m’a alors menacé très sérieusement de ne “plus jamais!” refaire ce genre de truc. HA!

Le problème avec la procrastination c’est que tant que l’on continue à réussir… eh bien on continue.

(J’arrête ici pour le moment, mais je compte bien faire un article complet sur le sujet très bientôt… laissez-moi le procrastiner encore un peu, ok?)

Mon bouclier

Apprendre le plus possible sur l’apprentissage.
Lecture, Podcast, Conférences… Je vous en ferai des rendus!

Ma lecture du moment?
“Apprendre mieux pour les nuls”, de Marie Joseph Chalvin, psychopédagogue.
Je vous prépare un résumé complet de ce livre vraiment intéressant!

Selon Marie Joseph Chalvin (2009), il faut voir l’apprentissage  comme quelque chose de maléable et de changeant. “Apprendre consiste donc à construire, déconstruire puis reconstruire avec les nouveaux matériaux accessibles”,  mais à condition qu’il y ait une fondation solide.

Mon premier mois: La couture

Septembre sera le mois de la couture!
Je sais déjà que j’aurai du plaisir! Bon, je sais déjà coudre un peu à la main. J’ai été d’ailleurs été capable de confectionner certains costumes d’Halloween mémorables avec beaucoup de détermination.

Cependant, ce que je veux réellement apprendre, c’est comment utiliser ma machine à coudre vintage Elna que je regarde trainer depuis l’été 2015.

Oooooh….. je viens d’avoir une idée diabolique. Ok, si je me fait appeler pour de la suppléance durant le mois j’amène ma machine avec moi et je parle de mon défi à mes élèves! (Muhuhuhuhahaha!)

Mon défi ultime: Coudre une couette de lit et pourquoi pas, faire un peu de broderies dessus parce que ma machine fait tout cela!  (Seigneur…)

Il parait que si vos rêves ne vous font pas peur, c’est qu’ils ne sont pas assez grands. J’ai honnêtement la frousse de ce défi.

Et vous, quel est votre défi cette semaine? Ce mois-ci? Cette année?

 

Après plusieurs mois, qu’est-ce que j’en pense ? Que s’est-il passé? 

Mon défi de 12 mois, la suite.

Une rentrée différente

rentrée scolaire

Je m’appelle Joanie, j’ai 31 ans et chaque fin d’été, depuis maintenant 26 ans, je vis la rentrée scolaire.
Je suis juste passée d’élève à enseignante au fil des années.

N’ayant pas de poste, je vis chaque année la rentrée scolaire de plus ou moins loin, selon les contrats dont j’hérite… ou pas.

J’ai longtemps été fâchée et découragée par ces débuts d’année précaires, où tous les aspirants profs s’arrachent les petits bouts de tâche qui restent à la fin d’aout. Après plusieurs années de suppléance et de petites parcelles d’enseignement, on perd un peu la flamme et sa créativité. On se demande si on est encore valide, si on est encore bon et surtout si on sait encore enseigner!
J’ai eu ma réponse l’an passé.
Une classe de maternelle durant 5 mois. Un gros défi.
(Merci à tous ceux qui m’ont offert leurs précieux temps, aides, soutiens et conseils!!!)
Oui, je sais encore enseigner, planifier, gérer, rencontrer, noter, rédiger, collaborer, animer et parfois allumer des étincelles dans des petits cerveaux remplis d’imagination.
Je ne suis pas peu fière de ma dernière année scolaire.
Mais comme bien des profs, j’ai terminé l’année épuisée.
Ce qui m’a manquée le plus? Le temps.
Ainsi que la liberté d’horaire.
Qu’on se le dise, le plus gros avantage de faire de la suppléance, c’est de décider son horaire!
Et après 8 ans de liberté, eh bien, j’y ai pris gout.
Alors j’ai décidé de repenser ma profession et de faire autrement.

Demain, c’est la rentrée. (Ou plutôt tantôt… il est 00h35 ciboulette)

Mais cette année, c’est différent.
Parce que j’aurai du temps. Tout plein de temps même!
Et ça, du temps, c’est rare et précieux dans le monde des adultes.
Demain, c’est la rentrée scolaire et je n’ai pas de contrat. (Jusque là, rien de très différent, hihihi!)
Je ne cherche même pas un contrat! (QUOI!?)
Pourtant, je suis fébrile. (Mais pourquoi?)
Je suis fébrile de ce gros projet qui bouillonne dans mon coco depuis janvier dernier. (Quel projet?)
Et je suis morte d’impatience de rencontrer tous ces élèves, ces profs et ces parents pour leur en parler.
La créativité sera mon alliée, Internet mon laboratoire et la suppléance mon moyen de rester connectée.
J’ai décidé cette année, en toute connaissance de cause (ARRGH! Mais cesse de nous faire languir!)
D’être un prof alternatif. (HEIN!?)